Fabriqué en France, combien ça coûte ?

En plus de rappeler à toute une génération le titre d’une célèbre émission de télévision, la question a le mérite de se poser et de demander une réponse franche et sincère.

Le Made in France suscite un intérêt grandissant et nous sommes de plus en plus sensibles à l’origine de nos achats.

Mais, disons-le très clairement, on a beau vouloir soutenir les acteurs locaux, quand on voit certains prix, on peut avoir du mal à comprendre d’où ils viennent.

Alors bien sûr, il paraît délicat pour une marque de s’aventurer sur le terrain du prix, peu s’y risquent d’ailleurs. Nous, on est droits dans nos baskets, on n’a rien à cacher.

Surtout, on estime qu’au-delà de notre propre cas de figure, vous avez le droit de savoir comment cela fonctionne.

On vous prévient, on balance tout ! !

Pour être le plus concret possible, nous avons pris notre jean comme exemple.

On a listé chaque poste de dépense, mis sur la table toutes les factures et ne tournons pas au tour du pot, la synthèse ressemble à ça :

D’ailleurs, on a trouvé l’exercice tellement parlant, que l’on a décidé de l’intégrer dans nos futures fiches produit.

Maintenant que vous avez ces éléments, cela mérite quelques explications.

QUEL EST LE COÛT DE FABRICATION D’UN VÊTEMENT EN FRANCE ?

Au minimum, ça coûte 3 fois plus cher que dans n’importe quel pays européen. Et ce constat est valable à chaque étape, du prix des matières premières à la confection. Mis bout à bout, ça représente une sacrée différence en fin de chaine.

Alors, sans aller au bout du monde, on pourrait par exemple fabriquer au Portugal où il existe de très beaux ateliers. En plus, ce n’est pas très loin ! Ou bien en Pologne, ou en Roumanie. Parce que c’est vraiment, beaucoup moins cher. Ce n’est pas la France, mais ça reste l’Europe !

Pourquoi une telle différence ?

LE TEMPS, C’EST DE L’ARGENT !

Dans l’industrie textile, ce qui détermine le prix d’une opération comme le tissage ou la confection, c’est bien sûr, la matière utilisée et sa qualité, mais c’est surtout le temps de travail.

Et sur ce point, nous pouvons être fiers, notre pays offre le modèle social le plus protecteur d’Europe, voire du monde. Cependant, cela a forcément des conséquences sur le prix d’une même opération. Le salaire est 2 fois moins important au Portugal et 3 fois moins en Roumanie.

Données 2021 – Source : Commission européenne

Vous ajoutez les prélèvements sociaux, la TVA à 20%, les charges et vous obtenez un prix, au bas mot, 3 fois supérieur. Oui, il n’y a pas que dans le foot où nous sommes champions du monde, 2 fois même !

VOYAGE, VOYAGE

Il y a bien sûr toute une partie du monde qui est bien loin de ces considérations. À ce titre, on va peut-être « tuer un mythe », mais cela fait bien longtemps que les Denim des marques américaines (et autres) ne sont plus confectionnés sur la terre des Yankees.

Le rêve américain a pris le bateau comme la mode à bas coût. Depuis les années 80, la ruée vers l’or est en Éthiopie, en Indonésie ou en Chine. Les salaires BRUTS y oscillent entre 100€ et 350€/Mois. Seuls l’étiquette et le budget communication changent dans l’équation.

LA MARGE DE MANŒUVRE

Tant que nous sommes dans les chiffres, parlons peu, parlons, marge.

Il est courant dans la filière mode de faire x5 à x8 entre le prix de revient d’un vêtement et son prix de vente. Et on vous l’assure poussée à l’extrême, certaines marques arrivent à monter jusqu’à x20. Mais là, on ne parle évidemment pas de Made in France ou de Made in Europe. Vers l’infinie et au-delà.

2 raisons à cela :

Le nombre important d’intermédiaires à rémunérer.

Intégrer les périodes de Promo/Soldes/Ventes privées/Mensweek et autre Black Friday directement dans le prix final. Bref, on ne vous fait pas un dessin (enfin si !), mais vous voyez de quoi on parle.

Et puis il y a nous, qui faisons figure d’extra-terrestres avec notre x2 à 2,5. Et quand on dit nous, c’est nous, mais c’est aussi bon nombre d’acteurs de la filière textile Made in France.

Et ne confondons pas, cette différence, ce n’est pas un bénéfice. Autant vous dire, que l’on ne part pas avec en vacances dans les pays précédemment cités. Elle permet de couvrir les salaires de notre équipe, le développement de nouvelles pièces et l’ensemble de nos charges.

Arrivé à ce stade de l’article, on espère que l’on ne vous a pas perdu. Parce que l’on a beaucoup parlé chiffre et technique. Mais c’est essentiel pour nous d’être vrai et de tout vous dire, sans langue de bois.

Et ce qui suit est tout aussi important, parce qu’au-delà de vous expliquer les rouages, on doit vous dire pourquoi notre choix de produire en France nous paraît essentiel.

CONSOMMER MOINS, MAIS CONSOMMER MIEUX

Privilégier la qualité à la quantité, préférer le durable au jetable, permet de ne pas devoir changer de vêtements tous les quatre matins, parce qu’ils sont troués, déformés, délavés. Ça aussi, ça coûte ça compte.

À l’usage, avons-nous vraiment besoin de 5 jeans, 12 t-shirts et 7 pulls ? Alors que bien souvent on tourne continuellement autour des mêmes pièces. Ça vous le fait aussi ? On est tous pareils !

Avec le recul, ce jean acheté il y a moins d’un an « à un super prix », ce n’était pas vraiment un bon plan. Une toile de mauvaise qualité, des coutures pas solides, on connaît la suite. Usé aux cuisses par les frottements, il va finir sa vie en fringue pour bricoler (pour les plus téméraires) ou dans une borne de recyclage Le Relais.

On se retrouve tous dans l’une de ces situations et force est de constater que ça aussi, ça fait mal au portefeuille. De notre côté, on produit les meilleurs vêtements possibles pour que vous n’ayez pas à cumuler les achats. Que le budget soit cohérent avec la durée de vie du vêtement et que tout le monde s’en porte mieux.

LES VALEURS HUMAINES

Quand on dit tout le monde, on pense autant à vous qui les portez, qu’à ceux qui les fabriquent. Parce qu’après tout, fabriquer chez nous, c’est participer à valoriser une certaine image du travail.

Être les deux pieds dans l’atelier avec Laure, Tiphaine et ses collègues à la production, voir qu’elles travaillent dans de bonnes conditions, avec passion, c’est autre chose que de cliquer sur un lien Zoom pour « un call de pré prod » avec un atelier dont on ne sait finalement rien.

On réalise que sous ses airs de « basique intemporel », fabriquer un jean, ce n’est pas simple. Que malgré les automatismes et les années d’expérience, pour bien faire les choses, il faut un certain temps. Une heure en moyenne est nécessaire pour réaliser la dizaine d’étapes de confection.

1 heure, 38€ HT soit 45,6€ TTC en France. Les salaires, les frais d’atelier, les charges. Comparativement à d’autres métiers de l’artisanat, finalement, ça ne paraît pas déconnant et ça fait plutôt sens. Du moins, autant que les 3€ en Indonésie pour cette même opération posent question sur la cadence, les conditions de travail et la qualité.

En définitive, 12€ en Europe ce n’est pas si mal. C’est même un bon prix et les conditions sont bien plus « correctes ». Oui, mais ce prix est forcément au détriment de quelqu’un ou de quelque chose. Le salaire des employés, le temps de travail, la couverture sociale. En faisant un pas puis un autre, pas à pas on pousse le curseur toujours un peu plus loin.

C’EST MA TERRE

Tellement loin, que pour vous faire un rapide topo de la folie du système, on vous donne deux chiffres. Après, Promis… On arrête les stats !

En moyenne la fabrication d’un jean c’est 65 000 Km ! Un t-shirt, 40 000 Km.

Comme dirait Francis, “est-ce que ce monde est sérieux ?”

Le prix de tout ça, c’est que l’industrie textile participe pour beaucoup au réchauffement climatique, à l’épuisement des ressources et à l’exploitation humaine.

Et pour le consommateur, il est devenu de plus en plus compliqué pour ne pas dire impossible de faire le tri entre, les discours des marques, l’origine des matières et le prix.

Ne nous voilons pas la face, produire des vêtements, n’aura jamais un impact zéro sur la planète, même en France. Mais privilégier des acteurs du territoire nous permet de maitriser notre empreinte carbone, en limitant les distances entre nos partenaires et pour chacun d’entre eux de respecter des normes écologiques parmi les plus strictes au monde.

ON TRACE LA ROUTE

De tous les thèmes, quel est le prix du Made in France ? Est sans aucun doute, la question qui interroge le plus. Et c’est légitime !

On espère avoir été le plus clair possible sur un sujet ô combien obscur et que vous aurez appris quelques bricoles, par la même occasion.

En somme, on est d’une génération qui pense que la société de consommation a poussé le bouchon un peu trop loin. « Les comptes sont pas bons, Kevin !» Consommer toujours plus, ne rend pas plus heureux.

En tant que marque, on estime aussi qu’il est très important de considérer nos collaborateurs et partenaires. Et de ne surtout pas accepter qu’il travaille dans des conditions sociales que nous ne serions pas prêtes à accepter nous-mêmes.

On cherche à avancer, à trouver les meilleures alternatives collectivement.

Face aux défis climatiques et écologiques, on souhaite faire notre part, à notre échelle, pour une mode qui avance dans le bon sens.

À faire des vêtements, on veut les faires bien !

Pour toutes ces raisons, chez Chevrons, nous faisons le choix de la qualité, de la durabilité à travers une fabrication entièrement française, du tissage à l’emballage. Tout est réalisé localement, de façon transparente et dans le respect des personnes.

On créer ENSEMBLE, on fabrique en FRANCE.

Voilà la mode que nous souhaitons porter et soutenir… À tout prix.

Merci à vous, de construire cette aventure avec nous !

Participez à l'aventure !

Ce vestiaire Made in France, vous le co-créez avec nous.
À chaque étape, vous faites partie du voyage et on vous tient informé.

Mon panier
Votre panier est vide.

On dirait que vous n'avez pas encore fait votre choix